En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

folía

(esp. ; « folie »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. Forme musicale très utilisée dans la musique instrumentale des xviie et xviiie siècles. Le nom original folía désigne une danse portugaise du xvie siècle, qui s'est par la suite répandue en Espagne (d'où sa dénomination française courante de folies d'Espagne) ; elle entra dans ce dernier pays au répertoire des vihuelistes, puis conquit l'Europe à partir du xviie siècle. Cette danse portugaise était vive et animée, et, étymologiquement, le mot folía provenait sans doute de termes tels que foliar (« se réjouir », « se divertir »). En Espagne, elle prit parfois les noms de foliada, folijones, folion, et elle apparut sous une forme instrumentale, plus rarement vocale. Comme danse théâtrale, elle fut utilisée, notamment, par Lope de Vega. Elle eut tendance à ralentir, et, lorsqu'elle se répandit à travers l'Europe au xviie siècle, la folía instrumentale (pour violon, viole de gambe, clavecin) fut fréquemment employée, avec une mélodie ayant fini par se figer et à laquelle devait en définitive s'attacher plus particulièrement le nom de folía ou de folies d'Espagne, comme base de variations instrumentales sur un thème de seize mesures à 3/4 ou à 3/2 ; l'exemple le plus célèbre est celui de la douzième sonate de l'opus 5 de Corelli, pour violon et continuo (1700), qui est une série de 23 variations sur une simple basse contrainte de folía (celle-ci s'était ainsi rapprochée de la chaconne et de la passacaille). Avant Corelli, elle avait été popularisée par d'Anglebert (cycle de 22 variations pour clavecin, 1689). Toujours en France, elle fut adoptée par Lully et Marin Marais.

De nombreux compositeurs devaient réutiliser le thème de la folía dans les circonstances les plus diverses : Vivaldi, Pasquini, Pergolèse, D. Scarlatti, Bach (Cantate des paysans), Keiser (Der lächerliche Prinz Jodelier), Carl Philipp Emanuel Bach (variations pour clavier), Grétry (l'Amant jaloux), Cherubini (ouverture de l'Hôtellerie portugaise), Liszt (Rhapsodie espagnole), Nielsen (Maskarade), Rachmaninov (Variations sur un thème de Corelli, ce titre étant donc musicologiquement inexact).

2. Chanson populaire lyrique, synonyme de copla.

3. Danse populaire originaire des îles Canaries.