En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cornet

Cornet à pistons
Cornet à pistons

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument à vent de la famille des cuivres.

Sous sa forme primitive ­ celle d'une trompe de chasse en réduction ­, ce « petit cor » fait toujours partie de l'arsenal cynégétique en Europe centrale. Mais il servait aussi aux postillons, d'où son nom allemand de Posthorn. L'invention des pistons, aux environs de 1820, conduisit les facteurs à abandonner l'enroulement circulaire au profit du schéma horizontal de la trompette, en moins allongé. Le cornet à pistons est ainsi devenu un instrument très voisin de la trompette, avec le même doigté et presque la même tessiture. Mais l'embouchure plus profonde et le tube plus évasé lui procurent un timbre plus rond, une agilité plus grande, et, surtout, une facilité d'émission qui lui ont valu, au xixe siècle et même au-delà, une immense popularité auprès des musiciens amateurs. (On sait que la transcription pour cornet d'airs d'opéras célèbres fut l'une des besognes alimentaires auxquelles se livra Richard Wagner lors de son premier séjour à Paris.) On lui reproche aujourd'hui sa sonorité un peu canaille et, à l'orchestre, il est généralement remplacé, parfois à tort, par la trompette.