En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

clavier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Ensemble de touches mettant en fonctionnement les organes émetteurs du son d'un instrument de musique (tuyaux, anches, cordes, lames, oscillateurs électroniques, etc.), sous l'action des doigts, des mains ou des pieds de l'exécutant ­ dans ce dernier cas, on l'appelle généralement pédalier.

On trouve des claviers sur de nombreux instruments à vent (orgue, accordéon, régale, harmonium), à cordes pincées (clavecin, épinette, virginal), à cordes frappées (piano, hammerflügel, clavicorde), à percussion (célesta, glockenspiel, carillon), ainsi que sur les instruments électroniques (orgues, synthétiseurs). Le clavier peut également ne faire que modifier la hauteur des sons sans en provoquer l'émission : c'est le cas de la vielle à roue.

La forme et l'étendue des claviers ont beaucoup évolué avec les siècles et selon les instruments. Un clavier rudimentaire apparaît dès les hydraules de l'Antiquité et les premiers orgues connus (époque carolingienne). Ce ne sont tout d'abord que quelques tirettes ouvrant le passage de l'air aux tuyaux de l'instrument, comme le feraient des clés ­ d'où le nom de clavier. Progressivement, des baguettes associées à des soupapes se substituent aux tirettes. Au xve siècle, des touches larges et peu profondes remplacent définitivement les dispositifs antérieurs ; elles sont alignées en deux rangées et correspondent à la gamme chromatique complète : les sept notes diatoniques (ou notes blanches de notre piano actuel), côte à côte, et un second rang présentant les cinq notes altérées, ou « feintes ». Peu à peu, les touches s'allongent et se font plus étroites ; au début du xviie siècle, le clavier est constitué à peu près sous la forme que nous lui connaissons au xxe siècle. Les touches sont généralement faites en tilleul et plaquées d'ivoire ou d'ébène, en une alternance de noir et de blanc qui a varié selon les époques ; basculant autour d'une pointe, en leur centre ou en leur extrémité, elles actionnent soupapes, sautereaux, marteaux, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un système de transmission du mouvement mécanique, quand elles ne se contentent pas de réaliser un simple contact électrique.

L'étendue du clavier du clavecin, puis du piano, ne va cesser de s'accroître trois siècles durant. Au début du xviie siècle, elle atteint en général quatre octaves. Mais dès cette époque, des facteurs tendent à l'accroître vers le grave, en « aval », d'une quinte (clavier à « ravalement »), parfois même d'une octave entière (« grand ravalement »). À l'orgue, on utilisa assez souvent les deux ou trois premières touches altérées dans le grave, inemployées par l'écriture musicale de cette époque, pour leur faire jouer les notes diatoniques inférieures sans allonger le clavier ; on appela cette disposition l'« octave courte ». Jusqu'à Mozart, le clavier du clavecin ne dépasse pas cinq octaves. Le piano-forte atteint six octaves au début du xixe siècle (Beethoven), et bientôt six octaves et demie (Schumann, Chopin). Le piano va peu après se stabiliser à sept octaves et une note, soit 85 touches, de la à la. Aujourd'hui, on monte à 88 notes, jusqu'au do aigu ; et certains pianos de concert prolongent dans le grave leur étendue, de deux notes et même davantage (parfois jusqu'au do grave, réalisant un instrument de 8 octaves, soit un clavier de 97 touches), pour donner plus de profondeur aux résonances.

Les claviers d'orgue, au contraire, se sont beaucoup moins agrandis : les jeux sonnant à l'octave ou à la double octave n'en rendaient pas l'extension nécessaire. Au xviiie siècle, ils ne comptent que 54 notes (quatre octaves et demie, de do à fa), portées à 56 notes au xixe siècle (do à sol). Au xxe siècle, ils atteignent parfois 61 notes (cinq octaves, de do à do). Aux différents claviers de l'orgue correspondent des types de jeux et des caractères de timbres qui s'organisent en plans sonores. Ils portent des noms que leur ont légués la tradition et la fonction qui leur est dévolue : grand orgue et récit ou positif, sur les instruments à deux claviers ; grand orgue, positif et récit sur ceux à trois claviers. Les claviers supplémentaires sont nommés écho, bombarde ou grand chœur, selon l'esthétique des instruments. Les orgues de facture allemande distinguent souvent deux claviers de positif : positif de dos (Rückpositiv) et positif de poitrine (Brustwerk).

Diverses tentatives de modification du clavier ont été proposées, pour jouer des notes supplémentaires (quarts de tons), ou pour permettre une virtuosité ou des effets que l'on espérait accrus. Elles ont toutes avorté. Seul s'est répandu, sur les harmoniums, le système de clavier transpositeur : l'ensemble des touches peut se déplacer dans un châssis par rapport à la mécanique de l'instrument, pour permettre aux exécutants ne sachant pas transposer de jouer toujours un morceau de façon identique sur le clavier, tout en le faisant entendre dans une autre tonalité.