En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

chapelle

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Au sens religieux, le terme de chapelle (dérivé de la chape, ou manteau, de saint Martin, conservée, selon la tradition, dans l'oratoire des rois de France) désigne un lieu de culte privé (chapelle d'un château, d'un couvent), par opposition à l'église (lieu de l'assemblée des fidèles) et à la cathédrale (siège de l'évêque). Par extension, le terme s'applique au personnel attaché à ce lieu de culte (« chapelain », prêtres, serviteurs laïques) et, particulièrement, aux chantres.

La chapelle royale remonte aux origines de la royauté franque, mais Charlemagne et, surtout, Robert le Pieux en aménagèrent le service. Sous Charles VII, la chapelle comprenait 12 prêtres chantres, avec à leur tête Ockeghem. Elle se développa au xvie siècle et comptait une cinquantaine de personnes sous Louis XIII. Louis XIV lui donna son extension définitive, lui adjoignant des instrumentistes nombreux, et autorisa les femmes à chanter à sa tribune. Le maître de la chapelle royale était un prélat, chargé des rapports de la musique et de la liturgie ; le chef effectif de la musique était le sous-maître (quatre à partir de Louis XIV). Les maisons princières eurent aussi leurs chapelles (celle des ducs de Bourgogne particulièrement importante au xve siècle), mais, les entraînant peu à peu dans leur déclin, ne subsista finalement que la seule chapelle royale. Le Dauphin eut néanmoins sa chapelle particulière à Saint-Germain.

En Allemagne, Kapell ou Capell désigna aussi à l'origine la musique privée d'un prince ; mais la distinction entre musique sacrée et musique profane s'effaça, et les villes libres s'attachèrent également des « chapelles », terme qui devint pratiquement synonyme d'orchestre.

Le maître de chapelle est, en France, le chef d'un ensemble (vocal, instrumental) attaché à un édifice religieux, quel qu'il soit (chapelle privée, église, cathédrale) ; le Kapellmeister est, en Allemagne, un simple chef d'orchestre (l'équivalent allemand du maître de chapelle est alors le cantor).