En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cante jondo ou cante hondo

(esp. ; « chant profond »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chant andalou ancestral portant la marque des Arabes, qui se maintinrent en Andalousie jusqu'à la capitulation de Boabdil en 1492.

Il se fonde sur la richesse modale des gammes antiques, sur les mélismes liturgiques byzantins et sur un ambitus mélodique étroit, ne dépassant pas la sixte. Là où le texte suggère la passion, sa mélopée laisse place à une riche ornementation improvisée. Se souvenant des vocalises du muezzin, le cante jondo privilégie l'usage réitéré et obsédant d'une même note accompagnée d'appoggiatures inférieures ou supérieures. Sans perdre son caractère hiératique et tragique, il a été influencé dans son évolution par le chant des gitans, qui s'établirent dans la région de Grenade au xve siècle, et s'est dès lors exprimé à travers des formes toutes liées à l'idée de tristesse poignante, d'accablante fatalité : la seguiriya gitana, au rythme et à l'intonation très libres ; la soleá, chant de l'absence, de l'abandon ; le martinete, que les forgerons gitans rythmaient de leurs coups de marteau.

Confondu à tort avec le flamenco, contaminé par des formes plus extérieures et plus spectaculaires, ce genre s'était édulcoré et se mourait lorsque le Centre artistique de Grenade organisa en 1922 un concours de cante jondo. Federico García Lorca et Manuel de Falla furent étroitement associés à l'organisation de ce concours, et l'étude publiée par Falla à cette occasion joua un rôle décisif dans la restauration du cante jondo authentique.