En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

canon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. Genre polyphonique caractérisé par la similitude des voix qui se reproduisent l'une l'autre avec un décalage dans le temps. On appelle antécédent la partie proposée en premier, conséquents les parties suivantes, qui doivent être déduites automatiquement de l'antécédent, soit telles quelles, soit avec des modifications convenues à l'avance.

Le canon le plus simple, type Frère Jacques, est celui dans lequel chaque voix entre sur la mélodie de l'antécédent en un endroit convenu de celui-ci et laisse ensuite le canon se dérouler de lui-même, répétant la mélodie un nombre de fois indéfini. C'est le canon perpétuel ou ouvert ; chacun s'arrête quand il en a assez. Parfois, on modifie le chant donné au moment de finir ; le canon est dit fermé et la partie modifiée porte le nom de coda. Dans certaines formes de canon, le conséquent est plus long ou plus court que l'antécédent ; on complète alors par des parties libres qui échappent à l'automatisme du canon.

À côté de ces canons simples, les contrapuntistes n'ont jamais cessé de rechercher des procédés susceptibles de produire des canons élaborés (intervalles, rythmes). Par exemple, on peut faire commencer le conséquent sur un autre degré que l'antécédent ; ce genre de canon est désigné par l'intervalle qui sépare l'antécédent de sa réponse (canon « à la tierce », par exemple).

Le canon peut aussi transformer la mélodie de l'antécédent ; il peut commencer par la dernière note et continuer de droite à gauche (canon rétrograde, dit aussi à l'écrevisse), ou bien remplacer chaque intervalle montant par le même intervalle descendant et vice versa. On peut également mélanger ces procédés et proposer un renversement de la rétrogradation.

Sur le plan rythmique, on peut procéder soit à un resserrement des valeurs (canon en diminution), soit à leur élargissement (canon en augmentation). Ce genre de canon amène souvent à recourir à des parties libres pour combler la différence de longueur (cf. Bach, canons de l'Art de la fugue).

Les contrapuntistes se sont souvent complu à présenter leurs canons sous forme de devinette, en n'écrivant que l'antécédent et le programme et en laissant à l'usager le soin de trouver la « résolution ». Le plus célèbre exemple de ce type de canon énigmatique est la série proposée par Bach dans l'Offrande musicale avec la devise significative Quaerendo invenies (cherchez et vous trouverez).

Il y a enfin canon multiple (double, triple, etc.) quand plusieurs canons se déroulent simultanément. Tel est le cas du plus ancien canon identifié comme tel avec certitude, un double canon anglais sur le chant du coucou, Sumer is icumen in (v. 1300).

De nos jours, Olivier Messiaen a appliqué le nom de canon rythmique à une imitation ne portant que sur les valeurs, indépendamment de l'élément mélodique.

L'emploi du mot « canon » (grec ; « règle ») provient par dérivation de la « règle » ou mode d'emploi qui accompagnait généralement la notation de l'antécédent. La dénomination primitive était rotundellus ou rondellus, « qui tourne en rond », apparenté à rota (roue) et source du mot rondeau ; l'anglais round et l'allemand Radel se réfèrent à cette origine. Au xive siècle, la chace (chasse) en France et la caccia en Italie présentent le caractère de canons. À partir du xve siècle, le canon est de plus en plus utilisé comme élément occasionnel de polyphonie, mais, en tant que genre, il n'est plus guère conservé que comme divertissement « domestique » : Haydn, Mozart, Cherubini en écriront souvent à ce titre. Le canon possède un abondant répertoire de caractère plus ou moins populaire dû au fait que, sous sa forme la plus simple, il constitue l'un des moyens d'accès les plus aisés vers la pratique polyphonique.

Le canon était autrefois considéré comme une variété de la fugue, bien que ses règles soient très différentes. C'est pourquoi Bach a pu inclure les canons (fugues canoniques) dans son Art de la fugue.

2. Par extension du sens précédent, passage en style de canon (dit aussi canonique), ou dans lequel figure un canon, qu'il soit complet ou non, mélangé ou non à d'autres parties non canoniques. Compris de la sorte, les canons sont fréquents dans la musique de toutes époques depuis le xiiie siècle au moins, tout particulièrement dans les messes et motets de la Renaissance.

3. Dans l'Antiquité grecque, on appelait canon harmonique l'ensemble des proportions numériques calculées sur le monocorde pour définir les intervalles, d'où le nom de canonistes parfois donné aux harmoniciens de l'école pythagoricienne.

4. Dans la liturgie latine, le canon est la partie essentielle de la messe, incluant la consécration et dite à voix basse entre le Sanctus et le Pater.

5. Canon byzantin. Avec le « kontakion », le canon est la forme la plus importante dans la musique de l'Église byzantine, mais il se trouve également dans sa poésie. Sa période de floraison se situe aux viiie et ixe siècles, et on peut citer à ce titre le nom d'André de Crète, auteur du Grand Canon.