En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ayre

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Équivalent de l'air de cour, en France, à la même époque, ayre est le nom donné à la chanson anglaise à la fin du xvie siècle, et surtout pendant une courte période de trente années environ au début du siècle suivant.

Cette chanson était généralement conçue pour une voix seule (parfois deux, en dialogue) accompagnée au luth avec l'adjonction toujours possible d'une basse de viole. Souvent le luthiste était lui-même le chanteur. C'était le cas du maître incontesté du genre, John Dowland. Mais d'autres musiciens illustrèrent cette forme avec autant de talent. Nous ne citons ici que quelques noms : Th. Morley, Ph. Rosseter, Th. Campion, Th. Ford.

Comme pour l'air de cour français, la forme de l'ayre anglais est généralement strophique, la musique étant composée sur le texte de la première strophe. Cela pose souvent des problèmes de prosodie lors d'une exécution des autres strophes sur la même musique. Parfois, cependant, un ayre est durchkomponiert, par exemple l'admirable plainte de Dowland, In Darkness Let Me Dwell. Une grande importance est accordée à la beauté mélodique et à des recherches harmoniques. Il est fréquent que l'ayre anglais soit plus strictement mesuré que son équivalent français.