En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

atonalité

Alban Berg
Alban Berg

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

C'est l'état d'une musique dans laquelle sont suspendues les fonctions et lois tonales sur lesquelles reposait la musique occidentale depuis les précurseurs de Bach : tonique, hiérarchie des degrés, notion de consonance* et de dissonance, cadences, etc. Elle utilise de manière conséquente la totalité des ressources de la gamme chromatique (total chromatique), dont les douze demi-tons sont considérés comme équivalents, et se fonde sur le concept de l'émancipation de la dissonance.

Il est difficile de fixer le moment de la naissance de l'atonalité. Elle était en germe dans le chromatisme de plus en plus exacerbé de Wagner et de la fin du xixe siècle. Ce chromatisme finit par « envahir de façon définitive l'écriture harmonique ou contrapuntique, rendant les rencontres de sons inanalysables par une pensée tonale rationnelle » (P. Boulez). Les premières œuvres de Schönberg (par ex., le sextuor Nuit transfigurée, 1899) témoignent de cet envahissement. Si l'on trouve des passages entièrement atonaux dans certaines œuvres d'Ives, datées des alentours de 1900, c'est à Schönberg qu'il convient d'attribuer la paternité d'un atonalisme conscient et systématique, dans le dernier mouvement de son quatuor à cordes no 2 (1907-08). Cette tendance, chez Schönberg, s'affirme dans son cycle de mélodies le Livre des Jardins suspendus (1908-09) et culmine dans son Pierrot lunaire (1912). La dissolution de l'ensemble des lois, la liberté et l'indépendance complètes qui se manifestent dans cette dernière partition ne suffirent cependant pas au compositeur, qui ressentit le besoin d'introduire des règles dans cet univers informe ; le dodécaphonisme est une manière d'organiser l'atonalité, et il faut ici rappeler la phrase de P. Boulez : « L'atonalité est essentiellement une période de transition, étant assez forte pour briser l'univers tonal, n'étant pas assez cohérente pour engendrer un univers non tonal. » Pourtant, même après l'instauration de la musique sérielle, beaucoup de compositeurs ont préféré demeurer dans la liberté de l'atonalisme.

Quoique l'atonalité, au sens strict du terme, caractérise particulièrement l'école de Vienne et ses divers descendants, elle n'est pas leur apanage exclusif. Dès les premières expériences de Schönberg, auxquelles s'ajoutaient les coups de boutoir donnés au système tonal par les impressionnistes français, la notion d'atonalité se répandit et irrigua, à des degrés divers, l'œuvre de nombreux compositeurs comme Stravinski, Bartók, Hindemith, Honegger, voire Puccini. Elle contamina non seulement l'ensemble de l'écriture musicale de notre siècle, mais même la façon d'écouter la musique : un auditeur qui a entendu de la musique atonale ressent d'une manière nouvelle la musique tonale.

Dans un sens élargi, atonalité peut qualifier la musique employant des micro-intervalles (quarts de ton et autres) et celle qui provient de matériaux sonores non traditionnels (musique concrète, musique électronique). L'atonalité est dorénavant un des traits dominants de tout le paysage musical.