En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henry Gauthier-Villars, dit Willy

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Romancier et critique musical français (Villiers-sur-Orge 1859 – Paris 1931).

Il fut le premier mari de Colette, avec laquelle il signa la série des romans de Claudine. Mais il était aussi critique musical et écrivit dans un grand nombre de revues : Art et critique, Revue encyclopédique, Monde artiste, et surtout l'Écho de Paris où il tenait la rubrique intitulée les Lettres de l'ouvreuse, qui lui valut la notoriété. Il ne possédait pas une grande érudition musicale, et encore moins de notions techniques, mais une certaine sensibilité accordée au goût du jour et une intuition qui s'est parfois révélée juste. Il a été l'un des rares à reconnaître le génie de Debussy dans le Prélude à l'après-midi d'un faune. Ses articles étaient écrits dans un style distrayant, comique, plein de calembours, et prévus pour atteindre un vaste public. Les titres de ses feuilletons parlent pour eux-mêmes : la Mouche des croches, Entre deux airs, Accords perdus, la Colle aux quintes, Garçon, l'audition. Il a également écrit avec Pierre de Bréville une notice explicative sur Fervaal de Vincent d'Indy, a traduit en français les livrets de Bastien et Bastienne de Mozart et de l'Amour tzigane de Lehár, et a rédigé les livrets de Claudine (musique de Berger), de la Petite Sirène (de Polignac) et du Troisième Larron (C. Terrasse). Il a publié une biographie de Bizet (1912).