En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bruno W. Schlesinger, dit Bruno Walter

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre américain d'origine allemande (Berlin 1876 – Hollywood 1962).

Il fait ses études au conservatoire Stern de Berlin et se produit comme pianiste en 1886. Dès ses débuts à l'Opéra de Cologne en 1894, il révèle des dons éclatants de chef lyrique, qu'il confirme à l'Opéra de Hambourg, de 1894 à 1896. Il y rencontre Gustav Mahler, qui lui ouvre les portes du Hofoper de Vienne, où il est chef d'orchestre de 1901 à 1912, après avoir dirigé à Breslau, Presbourg, Riga et Berlin. Successeur de F. Mottl comme directeur général de la musique à Munich, de 1913 à 1922, il y dirige notamment les festivals Wagner et Mozart et se voit régulièrement invité à Salzbourg, à partir de 1922, et à Londres, de 1924 à 1931. Directeur général de la musique à l'Opéra de Berlin, à partir de 1925, chef de l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig, à partir de 1929, Bruno Walter choisit l'exil en 1933, d'abord à Vienne, où il dirige le Staatsoper de 1936 à 1938, puis en France en 1938 et aux États-Unis en 1939. Naturalisé américain en 1946, il accepte de diriger de 1947 à 1949 la Philharmonie de New York et se produit régulièrement au Met, notamment de 1941 à 1945 et lors des saisons 1950-51 et 1956-57. Entre 1948 et 1960, il fait de fréquentes tournées en Europe, dirige pour la dernière fois à Paris en 1956 et consacre ses dernières années à compléter sa discographie.

Mahlérien de la première heure, il a créé le Chant de la Terre et la Neuvième Symphonie, en 1911 et 1912, et écrit en 1932 un essai ému sur son maître. Beethoven, Brahms, Bruckner et surtout Mozart, qu'il servit aussi bien comme pianiste que comme chef, furent ses autres passions. L'œuvre du compositeur, pour l'essentiel deux symphonies, des lieder, un quatuor, un trio, s'est effacée derrière la carrière du chef. Ses interprétations, spontanées et lumineuses, recèlent un charme subtil, qui échappe à la pesanteur du temps et des chapelles, à force de ferveur.