En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

François Marie Arouet, dit Voltaire

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Écrivain français (Paris 1694 – id. 1778).

Il écrivit à peu près sur tout, y compris sur la musique. On lui doit aussi un certain nombre de livrets d'opéras-comiques, d'opéras, d'opéras bouffes. Parmi ceux-ci, le livret d'un essai d'opéra biblique en cinq actes écrit pour Rameau, Samson (1732). La censure fit barrage à la représentation de l'œuvre, à cause du sujet religieux que l'on considéra incompatible avec le cadre profane de la scène. Pour Rameau encore, Voltaire écrivit une comédie-ballet, la Princesse de Navarre (1745), et un opéra-ballet, le Temple de la Gloire (1745), destinés à la cour de Versailles (il ne faut pas oublier, dans la « collusion » Voltaire-Rameau, le rôle de la Querelle des bouffons, avec les prises de parti de Jean-Jacques Rousseau contre l'auteur des Indes galantes). Pour le jeune Grétry, qui avait adapté son conte l'Ingénu en opéra-comique, sous le titre du Huron (livret de Marmontel), Voltaire écrivit en 1769 deux livrets d'opera buffa, comprenant des scènes en italien, le Baron d'Otrante (1769) et les Deux Tonneaux (1769). Une bonne partie des tragédies et des comédies de Voltaire furent adaptées en opéras et en opéras-comiques : Zaïre par Mercadante et Bellini, Tancrède par Rossini, Olympe par Spontini, les Cythes par Simon Payr et Mercadante, Sémiramis par Rossini. Enfin, les Romans et Contes les plus connus inspirèrent quelques adaptations musicales (comme, au xxe siècle, un Candide de Marius Constant).