En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andreï Mikhaïlovitch Volkonski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et claveciniste soviétique (Genève 1933).

Il commença ses études de piano au conservatoire de Genève avec Aubert et Lipatti, et travailla également à Paris avec Nadia Boulanger en 1945. En 1947, sa famille s'installa en U.R.S.S. Il entra en 1950 au conservatoire de Moscou dans la classe de composition de Chaporine, mais en fut exclu en 1954 pour « indiscipline ». De cette période datent les cantates Rouss, d'après les Âmes mortes de Gogol (1952), et Obraz mira (« l'Image du monde », 1953). Volkonski a rapidement manifesté son opposition au style officiel de l'art soviétique, en se réclamant de Stravinski et bientôt du dodécaphonisme (Musica stricta pour piano, 1956 ; Suite des miroirs pour soprano, instruments et percussion, 1960). Sous l'influence de Boulez et de Stockhausen, il évolua bientôt vers le pointillisme (les Plaintes de Chtchaza, 1961).

En 1964, il fonda l'ensemble Madrigal, spécialisé dans la musique de la Renaissance et du baroque, avec lequel il effectua des tournées. Ayant appris en autodidacte l'orgue et le clavecin, il se produisit également comme virtuose. Sa musique cependant fut boudée par la critique officielle, et, en 1973, il revint en Occident. Ses œuvres ont figuré aux programmes de plusieurs festivals de musique contemporaine.