En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Walther von der Vogelweide

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Minnesänger ( ? v. 1170 – ? v. 1230).

Il fut le plus grand représentant du Minnesang. Son érudition lui valut la célébrité à la cour de Vienne. Après la mort de son protecteur, le duc Frédéric Ier (1198), il mena une vie errante à travers les cours allemandes. Il recueillit l'héritage des premiers poètes de cour allemands, en particulier Reinmar, dont il fut le disciple à la fois admiratif et critique, mais il abandonna vite les conventions de la lyrique courtoise au profit d'un art plus familier et spontané (Unter der linden, an der heide). Chantre raffiné de la Minne, il fut aussi le maître éloquent du Spruch et son œuvre révèle les querelles religieuses et politiques auxquelles il fut mêlé en prenant le parti d'Othon de Brunswick contre le pape et les Staufen. Il est souvent qualifié de « cantor ». Il était effectivement musicien, à en juger par le célèbre Palästinalied, écrit après la croisade de 1228, et qui offre un compromis entre le récitatif épique et le style orné d'église, ou la charmante mélodie d'allure toute populaire, Maneger klaget die schoenen zît.