En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vladimir Vogel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et pédagogue suisse d'origine russe (Moscou 1896 – Zurich 1984).

Il fut l'élève de Scriabine, Tiessen, Busoni et Scherchen. Il vécut successivement à Berlin et à Paris avant de se fixer en Suisse en 1934. Professeur à Ascona, il mena de front une activité de pédagogue et une carrière de compositeur qui explora avec une intelligente curiosité les différentes tendances de la musique contemporaine. L'ésotérisme de Scriabine, qui marqua ses premiers essais et dont il tenta de se détacher au contact de l'équilibre classique de Busoni, ne fut jamais tout à fait absent de ses préoccupations spirituelles et de son esthétique. Après les 4 Études d'orchestre, la Tripartita (1934) et l'oratorio la Chute de Wagadou par la vanité (1930), qui attestent un généreux humanisme, son colossal oratorio Thyl Claes (1938-1945), dont l'exécution s'étend sur deux soirées entières, semble réaliser la synthèse des langages et des styles de sa génération. Dès le Concerto pour violon (1937), qui cite en une série de douze notes l'ouverture de la Flûte enchantée, il adopta la technique sérielle, mais ce n'est qu'en 1950 qu'il s'astreignit au sérialisme intégral. Parmi ses élèves, citons Jacques Wildberger et Rolf Liebermann.