En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Viêt-Nam

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Dans la musique traditionnelle vietnamienne se conjuguent des influences venues de la Chine (pour le système des hauteurs, et l'emploi de certains instruments) et d'autres venues du royaume de Champa, en Inde. Mais les instruments typiquement vietnamiens sont le violon monocorde dan dóc huyen, et la cithare dite « vietnamienne ». Il s'agit d'une musique d'essence monodique, où l'ornementation de la mélodie (effets de glissement ou de fluctuation) joue un grand rôle. Il ne faut pas oublier non plus que le vietnamien est ce que l'on appelle une « langue à tons », avec 6 tons différents, donc « mélodique » déjà par elle-même.

Les notes de la gamme de base de la musique vietnamienne portent des noms issus du chinois ­ le ho étant le premier degré, ayant fonction de tonique. La musique savante utilise deux familles de modes ou diêu : le mode Bac (considéré comme joyeux et clair, comme notre majeur) et le mode Nam, plutôt mélancolique (comme notre mineur). Selon Tran Van Khe, musicologue qui a énormément contribué à répandre en France le goût et la connaissance de la musique vietnamienne, on peut distinguer 4 grandes périodes dans l'histoire de cette musique, en partant de la fin du premier millénaire. La première période, du xe au xive siècle, est dominée par les influences chinoise et indienne ; la deuxième, du xve au xviiie, voit triompher l'influence chinoise ; la troisième, du xixe à la Seconde Guerre mondiale, affirme une originalité croissante de la musique vietnamienne, et la dernière période est caractérisée par l'emprise du modèle occidental, allant de pair avec des tentatives pour retourner aux sources, et maintenir la tradition et l'identité culturelle. Il existe différents styles de musique vocale populaire, dans toutes les fonctions habituelles (fêtes, travail, cérémonies), de musique savante (de cour et de rite) et de musique de théâtre et de scène. Parmi les compositeurs vietnamiens contemporains, le plus connu en Europe est peut-être Nguyen-Thien-Dao, élève, en France, d'Olivier Messiaen, qui cherche à exprimer les thèmes et les idéaux révolutionnaires de la nouvelle République populaire.