En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tomás Luis de Victoria

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur espagnol (Ávila v. 1548/1550 – Madrid 1611).

Élève du collège germanique de Rome en 1565, comme plusieurs de ses compatriotes, il semble avoir fait auparavant partie de la maîtrise de sa ville natale, mais les documents précis manquent sur cette première partie de sa vie.

À Rome, Victoria, qui, parallèlement à sa formation musicale, poursuit des études de théologie, a pour principal maître Palestrina et se lie d'amitié avec ses deux fils. L'influence de l'illustre polyphoniste est d'ailleurs si forte sur l'élève que celui-ci va jusqu'à imiter ses manières et son habillement. En 1569, Victoria est chanteur et organiste en l'église Santa Maria di Montserrato, puis, de 1573 à 1578, occupe le poste de maître de chapelle au Séminaire romain (où il remplaçait Palestrina). Son Premier Livre de motets, paru en 1572, est dédié à Jacobus de Kerle, maître de chapelle du cardinal Otto von Waldbourg, qui joue sans doute un rôle dans les études musicales du jeune Espagnol.

En 1575, Victoria reçoit les ordres mineurs et est ordonné prêtre ; quatre ans plus tard, il entre comme chapelain au service de l'impératrice Marie, fille de Charles Quint et veuve de Maximilien II d'Autriche (il devait conserver cette fonction plus de vingt ans durant, indépendamment d'une autre charge de chapelain qui le lie à San Girolamo della Carità et où il va collaborer avec saint Philippe Neri). Après un retour à Madrid en 1587, il revient en Italie, pour un nouveau séjour à Rome de 1592 à 1594. Il y dédie son Deuxième Livre de messes, de 4 à 8 voix, au cardinal Albert d'Autriche, fils de l'impératrice Marie retirée au couvent des Déchaussées royales de Madrid. En 1596, Victoria reprend auprès de celle-ci ses fonctions de chapelain, jusqu'à la mort de sa protectrice, survenue en 1603 (il écrit, à cette occasion, une Messe de requiem).

Les dernières années du musicien restent obscures. Toujours attaché au couvent des Déchaussées royales comme chanteur et simple organiste, Victoria, devenu aveugle, paraît avoir voulu terminer sa vie dans l'anonymat le plus total, lui qui, par humilité, n'a jamais recherché de poste officiel à Rome. Aussi bien, quand il meurt en 1611, est-il pratiquement oublié en Espagne, tout autant qu'en Italie.

L'œuvre de Victoria est le monument le plus important de toute la polyphonie ibérique. D'un point de vue quantitatif, cette production ­ vingt messes et quarante-quatre motets, entre autres ­ ne peut soutenir la comparaison avec celles de Palestrina et de Roland de Lassus. Mais elle ne leur est nullement inférieure du point de vue de la qualité d'écriture et les surpasserait même quant à l'intensité du sentiment religieux. À cet égard, et plus encore que les messes et motets, les deux sommets du polyphoniste sont l'Office de la semaine sainte et l'Office des morts (Officium Hebdomadae Sanctae et Officium defunctorum) qui comptent certainement parmi les moments sublimes et poignants de toute la musique sacrée occidentale. Nourri des principes esthétiques chers à la Contre-Réforme, comme à son modèle Palestrina, Victoria, qui œuvra exclusivement au service de la liturgie catholique, se propose toujours d'édifier, d'émouvoir et d'élever l'esprit de son auditoire « jusqu'à la contemplation des saints mystères » (et, en cela, il rejoint aussi les préoccupations de saint Philippe Neri). Dans cette perspective, sa musique, qui n'emprunte jamais ses thèmes au répertoire profane (les messes-parodies en sont absentes), mais seulement au plain-chant ou à des motifs dérivés de lui, reste éprise de naturel et de simplicité. Ainsi récuse-t-elle le style savant, compliqué et parfois surchargé d'imitations des Franco-Flamands, au contraire de son aîné Morales. En fait, elle est l'équivalent exact de l'itinéraire spirituel d'une Thérèse d'Ávila ou d'un Jean de la Croix.

Seul un mystique de l'envergure de Victoria ­ si proche, par bien des points, des délires visuels du Greco et toujours guidé par le génie de la race ­ pouvait réussir cette transposition visionnaire de la vie intérieure et rendre les élans sacrés de l'âme espagnole, naturellement portée vers l'adoration, la compassion et la ferveur brûlante.