En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pavel Josef Vejvanovsky

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Hukvaldy v. 1633 ou v. 1639 – Kroměříž [Kremsier] 1693).

Il est parfois désigné sous le nom de Weiwanowski. On retrouve les premiers documents authentiques sur sa vie au collège des jésuites d'Opava, dont il sort en 1660. En 1664, il entre au service de l'évêque d'Olomouc. En 1670, il succède à H. Biber comme maître de chapelle du prince Lichtenstein-Kastelkorn, nouvel évêque d'Olomouc, au château de Kroměříž (Kremsier). Il signait ses compositions du titre de tubicen campestris. L'essentiel des manuscrits authentifiés se trouve au château de Kroměříž.

Sa production instrumentale fut très nombreuse, mais l'ensemble de ses manuscrits ne nous est pas parvenu. Il est le plus grand représentant de l'école baroque tchèque, et, comme tel, fut profondément influencé par l'école italienne. Ses maîtres semblent avoir été Johann-Heinrich Schmelzer, Pietro-Andrea Ziani et Heinrich Biber. On a retrouvé 33 manuscrits datant de la seule année 1666, année de son mariage avec Anne-Thérèse Miniscator, fille du maire de Kroměříž. Par son style, il relève d'un axe Venise-Vienne. Ses nombreuses sonates sont toutes du type de la canzona italienne ; on y trouve des ébauches de variations, et une écriture particulièrement virtuose pour les instruments à vent. Sa ligne mélodique est souvent pimentée de citations plus ou moins textuelles de thèmes populaires tchèques.