En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jan Křtitel Vanhal ou Johann Baptist Wanhal

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Nove Nechanice, Bohême, 1739 – Vienne 1813).

Après avoir été organiste à Marsov, il arriva à Vienne vers 1760, et, dans cette ville, il eut comme maître Dittersdorf, son contemporain exact, avant de donner lui-même des leçons à Pleyel. De 1769 à 1771, il séjourna en Italie, où il composa notamment 2 opéras perdus et où il rencontra Gluck et Gassmann. Après son retour à Vienne, il fut sujet à des dépressions nerveuses, et, de 1772 à 1780, séjourna plusieurs fois, pour se remettre, sur les terres du comte Johann Erdödy en Croatie. À partir de 1780, il vécut de nouveau à Vienne en musicien indépendant, délaissant peu à peu la composition d'œuvres importantes au profit de la musique de salon et de ses activités d'enseignant.

Auteur de très nombreuses partitions vocales (messes, requiem, motets) et surtout instrumentales, dont 54 quatuors, environ 30 concertos, des sonates, des variations et des danses, il joua un rôle de premier plan, à partir de 1765 environ et pour une dizaine d'années, dans l'évolution de la symphonie. Il en laissa 73, dont 13 en mineur, qui, par leurs teintes souvent mélancoliques, font de lui un des meilleurs représentants du Sturm und Drang autrichien. Des diverses étapes de l'évolution de J. Haydn, à qui furent attribués plusieurs de ses ouvrages, celle du Sturm und Drang semble l'avoir attiré tout particulièrement. La Symphonie en sol mineur composée par Vanhal vers 1770 forme avec la 39e de Haydn et la 25e de Mozart, à peu près contemporaines et dans la même tonalité, une remarquable et très intéressante trilogie.