En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Karoline Unger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Contralto autrichienne (Vienne 1803 – Florence 1877).

Malgré de brillants débuts, à Vienne en 1824, dans le rôle de Dorabella (de Cosi fan tutte), sa participation à la création de la Neuvième Symphonie de Beethoven et un grand talent de mélodiste, la carrière de Karoline Unger sera entièrement consacrée au répertoire italien, qu'enrichiront pour elle Donizetti (Maria de Rudenz), Bellini, Mercadante et Pacini. Que ce soit dans la péninsule même, de 1825 à 1833, ou à Paris, au Théâtre-ltalien, de 1833 à 1841, ses interprétations, notamment de Rossini et de Meyerbeer, suscitent l'admiration par leur intelligence dramatique et la qualité de la voix, homogène du la au 3. Elle se retire en pleine gloire en 1843.