En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Steinway

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Facteurs de pianos allemands et américains.

L'origine de la firme Steinway and Sons, fondée à New York en 1853, est assez curieuse. En effet, Heinrich Engelhard Steinweg (Wolfshagen, Harz, 1792 ou 1797 – New York 1871) eut une vie mouvementée. Dans la province de Saxe, berceau de la facture allemande du piano, il construit son premier instrument en 1835, à Seesen, puis fonde l'année suivante une petite manufacture à Rondenbarg, également dans le Harz.

Pour trouver, sans doute, de nouveaux marchés à ses produits et pour échapper à l'instabilité économique de son pays natal après 1848, Heinrich Steinweg et quatre de ses fils émigrent aux États-Unis en 1850. Le fils aîné, Carl Friedrich Theodor, poursuit alors la direction de la fabrique, en l'installant à Wolfenbüttel et, finalement, en 1859, à Braunschweig, où elle existe toujours sous le nom de Grotrian-Steinweg par suite de l'association conclue en 1858 avec Friedrich Grotrian. De leur côté, Heinrich et ses fils américanisent leur nom, qui devient Steinway pour d'évidentes raisons commerciales, et fondent la maison Steinway and Sons en 1853 à New York, trois ans seulement après leur arrivée, marque d'une grande activité et capacité de travail.

La fabrication s'oriente d'abord vers les grands pianos à queue, mais la fortune du piano carré aux États-Unis est telle, depuis les premiers modèles de J. Berend à Philadelphie en 1775 et les instruments colossaux de Krakauer (plus de deux mètres de long), que les Steinway s'y engagent un peu plus tard, en les portant rapidement à une tessiture (large pour l'époque) de sept octaves. Les innovations techniques ne leur échappent pas, puisqu'ils lancent dès 1855 leurs pianos à cadre acier (full iron). Vers 1860, la firme produit environ 500 pianos par an.

Émigrant à son tour en 1865, Theodor Steinweg abandonne son usine de Braunschweig à Wilhelm Grotrian et prend la place de son père (mort en 1871) à la direction de New York. En quelques années, il multiplie la production par six (3 400 pianos par an vers 1872) et donne à sa société les moyens d'un renom qui ne faiblira pas : présentation du premier piano droit en 1866 ; inauguration à New York, la même année, d'une salle de concerts qui porte son nom, le Steinway Hall ; fondation d'une agence de concerts qui a notamment représenté A. Rubinstein, I. Paderewski et Fr. Kreisler, et, de nos jours, aide encore certains pianistes ; création de filiales à l'étranger, en 1877 à Londres, en 1880 à Hambourg et, en 1909, à Berlin. La fabrication de modèles devenus désuets comme le piano carré est abandonnée en 1888.

La maison Steinway and Sons profite, dans la seconde moitié du xixe siècle, de l'immense marché américain et peut se consacrer, grâce aux moyens importants dont elle dispose, à la mise au point des grands pianos de concert. Elle ne recherche pas actuellement une production massive de ces instruments (1 500 pianos à queue pour l'Europe en 1981), mais, en se limitant à une clientèle restreinte, elle désire conserver la solide réputation acquise depuis sa création.