En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Rosbaud

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre autrichien (Graz 1895 – Lugano 1962).

Il étudia le piano et la composition à Francfort, et, dès le début de sa carrière de chef, montra un intérêt spécial pour la musique contemporaine. Il fut successivement directeur de l'école de musique de Mayence et chef des concerts de cette ville (1921), directeur de la musique à la radio de Francfort ­ ce qui le fit entrer en contact avec Schönberg, Webern, Berg, Bartók, Stravinski ­, directeur de la musique à Münster (1937-1941), puis à Strasbourg (1941-1944), et chef de la Philharmonie de Munich (1945-1948). De 1948 à sa mort, il dirigea l'orchestre du Südwestfunk de Baden-Baden, ce qui l'associa étroitement au festival de Donaueschingen. Il dirigea à Aix-en-Provence, dans les premières années du festival, les Noces de Figaro et Don Giovanni de Mozart, ainsi que Platée de Rameau. Il créa notamment les Quatre Chants op. 22 de Schönberg en 1933, et, l'année suivante, avec le compositeur au piano, le 2e Concerto de Bartók. Après la guerre, il créa Moïse et Aaron de Schönberg à la radio de Hambourg en 1954, puis à la scène à Zurich en 1957. À Donaueschingen, ainsi qu'aux festivals de la S. I. M. C. (dont il reçut la médaille Schönberg en 1952), il dirigea Boulez ou Stockhausen, et, en 1960, assura la création à Donaueschingen de Chronochromie d'Olivier Messiaen. Musicien précis et objectif, il ne fut pas sans influencer Boulez chef d'orchestre, et excella également dans Haydn et dans Sibelius, compositeur qu'il estimait au même titre que ceux de l'école viennoise.