En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Artur Rodzinski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre polonais naturalisé américain (Split 1892 – Boston 1958).

En 1918, il travaille la composition à Vienne avec Schreker, la direction avec Schalk et le piano avec Sauer et Lalevicz. En 1921, il fait ses débuts de chef à Lvov, puis, de 1921 à 1925, dirige à la Philharmonie et à l'Opéra de Varsovie, où Stokowski l'entend dans les Maîtres chanteurs. Il se laisse convaincre d'émigrer aux États-Unis, où, de 1926 à 1929, il assiste Stokowski au pupitre de l'Orchestre de Philadelphie. De 1929 à 1933, il dirige à Los Angeles, puis, de 1933 à 1943, l'Orchestre de Cleveland. En 1937, il est chargé par Toscanini de recruter les membres du NBC Orchestra. De 1943 à 1947, il est à la tête de la Philharmonie de New York, où son assistant est Leonard Bernstein. En 1948, il retourne en Europe et se fixe en Italie. Il a beaucoup marqué les orchestres américains, et ses enregistrements de Prokofiev ou Gershwin évoquent à la fois la rigueur de Toscanini et la jubilation expressive dont hérite Bernstein. Il défend le répertoire symphonique américain, créant des œuvres de Barber et Copland (Appalachian Spring en 1945), mais diffuse aussi la musique russe (première audition américaine de l'opéra Lady Macbeth de Chostakovitch en 1935). Il crée les Métamorphoses symphoniques d'Hindemith en 1934, le Memorial to Lidice de Martinu en 1943, et l'Ode à Napoléon de Schönberg en 1944.