En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Friedrich Rochlitz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Écrivain et critique musical allemand (Leipzig 1769 – id. 1842).

Il fut éduqué à la Thomasschule, où il étudia avec J. F. Doles, et composa très jeune des cantates, des lieder et de la musique pour piano. Doutant de son talent après sa rencontre avec Mozart en 1789, il décida d'étudier la théologie, mais abandonna cette voie en 1794 au profit d'une carrière littéraire. En 1798, il fut choisi par la maison d'édition Breitkopf et Härtel comme rédacteur en chef de la nouvelle Allgemeine musikalische Zeitung, qu'il dirigea jusqu'en 1818 et à laquelle il collabora jusqu'en 1835. Il fut aussi membre de la direction du Gewandhaus et s'imposa, dans le domaine littéraire, par sa traduction de l'Antigone de Sophocle et sa version allemande du Don Giovanni de Mozart.

Par ses longues années de critique à l'Allgemeine musikalische Zeitung et par sa position au Gewandhaus, il joua un rôle décisif dans la musique allemande. Il avait une préférence très nette pour Bach, Haendel, Mozart et Haydn, et son attitude envers Beethoven, qu'il rencontra à Vienne en 1822, fut toujours ambiguë. Beethoven cependant respectait son jugement. Il a rassemblé une partie de ses réflexions dans Für Freunde der Tonkunst (2 vol., 1824 ; 4 vol., 1830-1832).