En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wallingford Riegger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur américain (Albany 1885 – New York 1961).

Il fit ses études à New York, puis à Berlin avec Max Bruch. Chef d'orchestre du théâtre de Würzburg et de l'orchestre Blüthner de Berlin, il fut, à son retour aux États-Unis, violoncelliste à l'orchestre de Saint Paul, puis professeur à l'Institut musical de New York et au conservatoire d'Ithaca. Il fut l'un des premiers compositeurs américains de naissance à employer le système dodécaphonique, découvert par lui en 1927.

Après des pages néoromantiques (musique de chambre et notamment un trio pour piano, 1920) et néo-impressionnistes (la Belle Dame sans mercy pour 4 voix et 8 instrumentistes, 1923), c'est une conception toute nouvelle de l'harmonie qu'il proposa avec Study in Sonority pour 10 violons ou n'importe quel multiple de 10 (1927), ou Dichotomy pour orchestre de chambre (1931-32), qui substitue aux traditionnels accords de tonique et de dominante deux autres accords jouant le même rôle, et utilise deux séries de 11 et 13 notes dans un ensemble dominé par la « séquence cumulative » (qui consiste à conserver le motif original et à y ajouter une séquence au-dessus ou au-dessous).

Toutes ses œuvres exploitèrent désormais les découvertes des années 1930, jusqu'à une période plus récente où la musique électronique retint son attention.

Ses quinze dernières années ont été particulièrement riches en partitions de tous genres, et l'importance des précédentes fut enfin reconnue, vers 1948, lors de la création de sa 3e Symphonie. Signalons sa passion pour les chants d'oiseaux, qui le conduisit à en noter plusieurs centaines. On lui doit notamment quatre symphonies, dont la dernière écrite en 1957.