En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Reicha

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de musiciens tchèques.

Josef, violoncelliste, chef d'orchestre et compositeur (Chudenice, près de Klatovy, 1752 – Bonn 1795). Après plusieurs années à Prague, il fut successivement premier violoncelle de l'orchestre du prince d'Oetinngen-Wallerstein à Harburg (1774), et violoncelliste et premier violon de l'Orchestre électoral de Bonn (1785). Il prit la direction de cet ensemble en 1789. Ses œuvres influencèrent le jeune Beethoven.

Antonin (Antoine), compositeur et théoricien (Prague 1770 – Paris 1836). Neveu du précédent, orphelin de père de bonne heure, il fut accueilli à Bonn par son oncle. Après l'occupation de la Rhénanie par l'armée française, il s'installa à Hambourg (1794-1799), à Paris (1799-1802), puis à Vienne (1802-1808), où il fréquenta Haydn et Beethoven (il avait connu ce dernier à Bonn). Ses 36 Fugues pour piano (1803) furent dédiées à Haydn. Fixé définitivement à Paris en 1808, il devint professeur de composition au Conservatoire en 1818. Naturalisé en 1829, il succéda à Boieldieu à l'Institut en 1835, et il eut comme élèves Berlioz, Liszt, Franck et Gounod.

On lui doit des opéras, de la musique religieuse, des symphonies, des concertos, de la musique de chambre pour cordes, des pièces pour piano, mais c'est surtout par ses quintettes à vent que ce musicien parfois étrange, aux trouvailles harmoniques et rythmiques souvent prophétiques, voire tout à fait expérimentales, s'est maintenu au répertoire.