En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Ferdinand Redlich

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue anglais d'origine autrichienne (Vienne 1903 – Manchester 1968).

Tout en suivant une formation universitaire à Vienne, puis à Munich, il étudia la musique en privé avec Paul Weingarten (piano) et Hugo Kauder (théorie) à Vienne, puis Carl Orff (composition) à Munich. Après avoir occupé des postes de chef d'orchestre à Berlin (1924-25) puis à Mayence (1925-1929), il poursuivit ses études à Francfort (1929-1931) et obtint son doctorat de philosophie en 1931 avec une thèse sur les madrigaux de Monteverdi (Das Problem des Stilwandels in Monteverdis Madrigalwerk). En 1939, il émigra en Angleterre, dont il devint citoyen en 1947. De 1941 à 1955, il fut chargé de cours à la Worker's Educational Association et aux universités de Cambridge et de Birmingham. Il enseigna l'histoire de la musique à l'université d'Édimbourg à partir de 1955, puis fut nommé professeur de musique à l'université de Manchester en 1962.

Il a joué un rôle important comme musicologue et comme éditeur, centrant surtout son activité autour de Monteverdi (La Favola d'Orfeo, 1936 ; Vespro della Beata Vergine, 1949 et 1958 ; L'Incoronazione di Poppea, 1958 ; messes, 1952 et 1962, et madrigaux, 1954), Haendel (12 concerti grossi op. 6, Water Music et Fireworks Music, 1962) et Mozart (L'Oca del Cairo, 1940, ainsi que de nombreuses œuvres instrumentales). Il a également édité un recueil de musique sacrée, Meister des Orgelbarock (1931), et beaucoup écrit sur Monteverdi (Claudio Monteverdi : Leben und Werk, 1949) et sur la musique viennoise (Gustav Mahler : eine Erkenntnis, 1919 ; Bruckner and Mahler, 1955 ; Alban Berg, 1957).