En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rebel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de musiciens français des xviie-xviiie siècles.

Jean ( ? – Versailles v. 1692). En 1661, il entra en qualité de « haute-taille » à la chapelle royale. Par la suite, il chanta dans de nombreux divertissements royaux, et dans des opéras de Lully (Cadmus et Hermione, Alceste).

Jean-Ferry (Baptiste), violoniste, claveciniste et compositeur, (Paris 1666 – id. 1747). Fils du précédent. Élève de Lully, membre des 24 Violons du roi en 1705, il devint en 1713 claveciniste accompagnateur à l'Opéra, puis compositeur de musique de la Chambre en 1718. Auteur de la tragédie lyrique Ulysse (1703), il a surtout joué un rôle important dans la musique instrumentale, et a été l'un des premiers en France à écrire des sonates pour violon (Recueil de 12 sonates, composé en 1695, publié en 1712-13). Il est également l'auteur de symphonies instrumentales, dont les Caractères de la danse (1715), où se révèle son souci du choix des timbres, et du ballet les Élémens (1737).

Anne-Renée, cantatrice, (Paris 1663 – Versailles 1722). Sœur du précédent, elle épousa en 1684 Michel Richard Delalande.

François, violoniste et compositeur, (Paris 1701 – id. 1775). Fils de Jean-Ferry. Il fut musicien à l'Opéra dès l'âge de treize ans. Couvert d'honneurs et de gratifications, il devint surintendant de la musique de la Chambre (1733-1753) et inspecteur de l'Académie royale de musique, conjointement avec son ami Francœur, avec lequel il écrivit en collaboration la musique de nombreux spectacles (le Ballet de la paix, 1738 ; les Augustales, 1749 ; Zelindor le roi des Sylphes, 1745). En dépit des nombreuses difficultés qu'il avait rencontrées à l'Académie royale, il en devint néanmoins administrateur général en 1772.