En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André Raison

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et organiste français ( ? v. 1640 – Paris 1719).

En 1666, il fut nommé titulaire de l'orgue de l'abbaye de Sainte-Geneviève-du-Mont, où il avait fait ses études. Il conserva ce poste jusqu'en 1716, tout en étant organiste des jacobins de la rue Saint-Jacques à partir de 1687. Ses œuvres consistent en deux livres d'orgue, comme en publiaient alors les maîtres organistes. Son Premier Livre d'orgue (1688) se compose de Cinq Messes suffisantes pour tous les tons de l'Église, suivies d'une Offerte du Ve Ton, « le Vive le Roy des Parisiens à son entrée à l'hostel de Ville le 30e janvier 1687 », à laquelle J.-S. Bach emprunta un fragment du thème de sa Passacaille en « ut » mineur. Dans sa préface, l'auteur indique que ses messes « peuvent aussi servir en Magnificat pour ceux qui n'ont pas besoin de Messe » ; il précise en outre que chaque morceau présente un rapport avec une danse donnée, et qu'il faut les jouer « avec le même air qu'au clavecin », mais plus lentement, « à cause de la sainteté du lieu ».

Brillant exécutant et improvisateur, il ne fait pas appel au plain-chant pour les différentes parties de ses messes, mais révèle un sens aigu de la couleur et de la registration, qu'il prend soin d'expliquer en préface. Son 2e Livre d'orgue (1714), moins important, contient des pièces diverses « sur les acclamations de la paix tant désirée » (paix d'Utrecht ou de Rastatt), et des noëls variés ; il est précédé d'un avis donnant des conseils sur la registration à l'orgue. Raison eut pour élève Clérambault, qui lui dédia son propre Livre d'orgue en 1710.