En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Prague

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Prague possède une tradition musicale que l'on peut faire remonter au ixe siècle. L'université ­ qui comprend une section de théorie musicale ­ est fondée en 1348. À la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, la chapelle de la cour de Rodolphe II accueille Philippe da Monte et J. Gallus. Au xviie siècle, en raison du transfert de la cour à Vienne (1612), la vie musicale subit un certain ralentissement. Elle connaîtra une nouvelle activité avec B. Černohorsk'y, dans le domaine de la musique pour orgue et de la musique religieuse, et F. X. Brixi, dans le domaine de l'opéra. L'opéra italien est introduit à Prague en 1627, mais c'est en 1723, avec la représentation de Costanza e fortezza de Fux, sous la direction de Caldara, qu'il acquiert une importance véritable. En 1787 fut créé à Prague le Don Giovanni de Mozart. Parallèlement à l'opéra italien, on cultive aussi le singspiel, à partir du milieu du xviiie siècle. Au xixe siècle sont créées de nombreuses associations musicales, parmi lesquelles la Société des musiciens, fondée en 1803, qui organise régulièrement des concerts pour la première fois à Prague, et l'Association pour la promotion de l'art musical, fondée en 1808, à laquelle on doit le premier conservatoire de musique d'Europe centrale. De 1813 à 1816, Weber est chef d'orchestre au Théâtre national. Mais ensuite Prague va connaître une activité musicale typiquement tchèque, qui se différenciera de l'art allemand. En 1826 est représenté le premier opéra tchèque important : Dráteník (« le rétameur ») de F. Škroup. Plusieurs institutions sont liées au nom de B. Smetana, notamment le chœur Hlahol (fondé en 1861) qu'il dirigea de 1861 à 1865 et le Théâtre provisoire (inauguré en 1862), auquel il consacra une grande partie de son activité de 1866 à 1874. En 1881 le Théâtre national est inauguré avec l'opéra Libuše de Smetana. Parmi les chefs d'orchestre du Théâtre national figurent Adolf Čech (1876-1900), Karel Kovařovic (1900-1920), Otakar Ostrčil (1920-1935), Václav Talich (1935-1944 ; 1947-48) et Otakar Jeremiáš (1945-1947 ; 1948-1951). En 1888 est construit un nouvel édifice, le Théâtre allemand, qui, grâce à A. Zemlinsky qui en est le premier chef d'orchestre de 1911 à 1927, connaîtra une renommée internationale. Après la Seconde Guerre mondiale, toutes les institutions musicales allemandes sont supprimées. En 1948 est créé le festival du Printemps de Prague. Le principal orchestre de Prague est la Philharmonie tchèque, qui a donné son premier concert en 1896 sous la direction d'A. Dvořák et à la tête de laquelle se sont succédé Čelansk'y, O. Nedbal, K. Moor, F. Spilka, Vilém Zemánek, Václav Talich, R. Kubelík, K. Ančerl et V. Neumann. En 1924 est fondé l'Orchestre symphonique de la radio de Prague. Dans le domaine de la musique de chambre, 2 associations furent créées au xixe siècle : l'Union de musique de chambre (fondée en 1876) et l'Union tchèque de musique de chambre (fondée en 1894). Le quatuor bohémien, le quatuor Ševčík-Lhotsk'y, le quatuor Ondříček, le quatuor de Prague et le quatuor Smetana sont quelques-unes des nombreuses formations de musique de chambre qui ont acquis une réputation internationale. Le Conservatoire (fondé en 1811) a été réorganisé en 1920. Il compta parmi ses professeurs L. Janáček, V. Novák et J. Suk (composition), O. Ševčík, F. Ondříček et J. Kocian (violon) et V. Talich (direction d'orchestre). À l'université allemande ont enseigné les musicologues G. Adler, H. Rietsch et G. Becking ; à l'université tchèque, O. Hostinsk'y, Z. Nejedl'y et M. Očadlík.