En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Otmar Mácha

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Ostrava 1922 – Pardubice 2006).

Il est l'élève de F.-M. Hradil au conservatoire (1943-1945), puis de J. Řídký à l'Académie de musique et d'art dramatique de Prague (1945-1948). Il est nommé au service des émissions musicales de la Radio tchécoslovaque (1945-1955). Artiste austère et réfléchi, il écrit peu, si ce n'est des chansons, contes, ballades et chœurs d'enfants, qui montrent sa nature profondément lyrique. Après une première série d'œuvres lumineuses et concises telles que ses Sonates pour violoncelle (1949), pour violon (1948), ou les Danses de Moravie septentrionale (Kopaničářské tance, 1950), son style atteint dès 1960 une extrême concentration, un dépouillement grandiose, proche de Berg. Mácha n'utilise le legs de l'école de Vienne qu'avec économie, bâtissant fréquemment ses œuvres sur un seul motif dont le traitement harmonique et mélodique est fort riche. Ainsi, dans son poème symphonique Nuit et Espoir (Noc a naděje, 1959), ses Quatre Monologues de 1966, les Variations de 1968. De ses œuvres se dégage une impression de puissance, de profonde humanité. Il est l'un des représentants les plus intéressants de l'école tchèque actuelle.