En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Josef Myslivecek

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Horni Sarka, près de Prague, 1737 – Rome 1781).

Fils d'un meunier, il étudia l'orgue et le contrepoint avec Frantisek Habermann et Josef Seeger. Il fit paraître 6 symphonies sans nom d'auteur (1760), et décida de se consacrer entièrement à la musique (1762). Il se rendit à Venise (1763) et son premier opéra, Medea, fut donné à Parme (1764). Dès lors, il vécut principalement en Italie, séjournant cependant à Vienne et à Munich (1772), puis de nouveau à Munich (1777). Sa vie dissolue hâta sans doute sa fin. Mozart, qui le rencontra à Bologne en 1770 et à Munich en 1777, l'appréciait fort. On lui doit de la musique de chambre (dont une série de quintettes à cordes) souvent teintée de folklore tchèque, des pièces pour instruments à vent, des oratorios, dont l'un, Isacco figura del Redentore (Florence, 1776 ; donné à Munich, 1777, avec comme titre Abramo ed Isacco), fut attribué à Mozart, et surtout des opéras, parmi lesquels Il Bellerofonte (Naples, 1767), Il Demofoonte (Venise, 1769), Erifile (Munich, 1773), Armida (Milan, 1779), et Antigono (Rome, 1780).