En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ignaz Moscheles

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste, compositeur et chef d'orchestre allemand (Prague 1794 – Leipzig 1870).

Élève à Prague de Dionys Weber, puis à Vienne d'Albrechts berger et de Salieri, il résida surtout dans cette ville de 1808 à 1820, réussissant finalement à approcher Beethoven, qui en 1814 le chargea de réduire pour piano la version définitive de Fidelio. Après avoir fait à Berlin, lors d'une de ses tournées comme pianiste, la connaissance de Mendelssohn (1824), il vécut à Londres pendant vingt ans (1826-1846), y jouant un grand rôle comme professeur et comme organisateur de concerts. C'est à lui que le 18 mars 1827, une semaine avant sa mort et en remerciement d'une aide financière venue de la Société philharmonique de Londres, Beethoven adressa sa dernière lettre. Il termina sa vie à Leipzig, où Mendelssohn l'appela en 1846 pour diriger l'enseignement du piano au conservatoire.

Son vaste catalogue (environ 150 numéros d'opus) est dominé par le piano mais non limité à lui. L'époque anglaise est surtout celle des concertos pour piano (huit de 1819 à 1838), des études pour piano et de diverses pages d'orchestre dont une symphonie en ut (1829). De la période de Leipzig datent presque tous les lieder. Certaines Études rejoignent curieusement Schumann (opus 95 nos 4 et 6) et même Brahms (opus 70 no 5). Il fut considéré par le critique Hanslick à la fois comme « un des derniers représentants de l'ancienne virtuosité » et comme « le début d'une nouvelle époque », et par Schumann comme se situant « au premier rang des compositeurs contemporains pour piano ».