En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Baptiste Moreau

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Angers 1656 – Paris 1733).

Il fit ses études musicales à la maîtrise d'Angers. En 1682-83 il fut maître de chapelle à la cathédrale de Langres (où il eut comme élève Michel Pignolet de Montéclair), puis à Dijon (1683-1686). En 1686, il fut introduit à la cour par la dauphine Victoire de Bavière, et attaché à la musique personnelle de Louis XIV. À cette date, il avait déjà composé des motets, des psaumes, un requiem et une Idylle sur la naissance de Notre-Seigneur. En 1687, à la commande du roi, il écrivit un divertissement de cour, les Bergers de Marly. Le succès lui valut d'être nommé professeur de musique à l'école de Saint-Cyr, que dirigeait Mme de Maintenon. Il y fit la connaissance de Racine, à qui son nom reste associé comme ceux de Lully et de Charpentier à Molière. Il mit en musique trois Cantiques de Racine, avant d'écrire les chœurs de la tragédie Esther, qui fut créée à Saint-Cyr en 1689 en présence du roi. Racine écrivit que « ces chants ont fait l'un des plus grands agréments de la pièce ». Il commanda ensuite à Moreau les chœurs d'Athalie (1691), qui n'atteignent toutefois pas à la qualité de ceux d'Esther. Moreau écrivit encore les chœurs de deux tragédies de l'abbé Boyer, Jephté (1692) et Judith (perdu, 1695), avant de partir comme intendant de la musique des États du Languedoc. Revenu à Saint-Cyr, il écrivit les musiques de scène de trois tragédies de Duché de Vancy : Jonathas (1700, perdu), Absalon (1702) et Debora (1706). Il fut à partir de 1700 un professeur de composition et de chant fort réputé, et eut parmi ses élèves Jean-François Dandrieu et Clérambault.