En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

théâtre de la Monnaie

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Opéra de Bruxelles, inauguré (peut-être avec Atys de Lully) en 1700 en remplacement du Théâtre du Quai-du-Foin et ainsi nommé en raison de la proximité d'un ancien atelier monétaire (1 200 places).

En 1830, une représentation de la Muette de Portici d'Auber déclencha la révolution belge. Détruit par le feu en 1855, il céda la place à un nouveau bâtiment inauguré le 24 mars 1856 avec Jaguarita l'Indienne de Halévy. Bruxelles y vit bien avant Paris plusieurs opéras de Wagner, et y furent créés notamment Hérodiade de Massenet (1881), Gwendoline de Chabrier (1886), le Roi Arthus de Chausson (1903), Fervaal (1897) et l'Étranger (1903) de Vincent d'Indy. De 1918 à sa mort en 1953, le pianiste et chef d'orchestre Corneil de Thoran marqua l'établissement de son empreinte. Il a été dirigé de 1981 à 1991 par Gérard Mortier, auquel a succédé en 1992 Bernard Foccroule, et a vu récemment les créations mondiales de la Passion de Gilles (1983) et de Reigen (1993) de Philippe Boesmans, de The Death of Klinghoffer de John Adams (1991) et de Medeamaterial de Pascal Dusapin (1992).