En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcelle Meyer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste française (Lille 1897 – Paris 1958).

Elle est à la fois l'élève de Cortot et de Ricardo Viñes. Fréquentant Ravel et le groupe des Six, elle s'impose comme une interprète irremplaçable de la musique nouvelle. En 1920, elle crée Printemps de Milhaud et participe à la création de Noces de Stravinski en 1923. Elle joue les Trois Valses romantiques pour deux pianos de Chabrier avec Poulenc, et, en 1937, Milhaud lui dédie Scaramouche. Mais son talent s'illustre bien au-delà des cercles parisiens : de 1946 à 1950, elle grave pour les Discophiles français plus de soixante enregistrements qui témoignent d'une curiosité et d'une ambition prodigieuses. Elle réhabilite au piano l'œuvre de Couperin, de Rameau et de Scarlatti. Elle joue Bach et Mozart, mais aussi les pièces de Rossini, le Piano-Rag et Petrouchka de Stravinski, et même la Burlesque de Richard Strauss sous la direction d'André Cluytens. Dans Chabrier, elle sait équilibrer humour et méditation. Son intégrale de Ravel demeure une référence. Elle est, avec Yves Nat, l'une des rares interprètes de sa génération dont on puisse considérer les enregistrements comme une œuvre à part entière.