En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Krzysztof Meyer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur polonais (Cracovie 1943).

Il a étudié le piano, la théorie et la composition (avec Penderecki) à l'École supérieure de musique de Cracovie, où il enseigne depuis 1966, et travaillé également à Paris avec Nadia Boulanger. En 1960, il écrivit 24 préludes et fugues qu'il envoya à Chostakovitch, auquel il devait consacrer une monographie en 1973. Il s'orienta d'abord vers les recherches de timbre, en particulier avec son quatuor à cordes no 1 (1963), sa symphonie no 1 (1964) et ses sonates pour piano no 2 (1963) et no 3 (1966), puis vers le sérialisme et l'aléatoire, avec, notamment, ses symphonies no 2 (1967) et no 3 (1968), sa sonate pour piano no 4 (1968), ses quatuors à cordes no 2 (1969) et no 3 (1971), son opéra Cyberiada (1970) et son concerto de chambre pour hautbois, percussion et cordes (1972). D'une période que l'on pourrait qualifier d'expressionniste relèvent sa symphonie no 4 (1973), son quatuor à cordes no 4 (1974), un concerto pour trompette et grand orchestre (1975) et Fireballs pour orchestre (1976). Suivirent le quatuor à cordes no 5 (1955), 24 préludes pour piano (1978), la symphonie no 5 pour cordes (1978-79), 1 concerto pour piano et orchestre (1979), 1 trio avec piano (1980), 1 sonate pour flûte seule (1980), la symphonie no 6 dite Polonaise (1982), l'opéra pour enfant les Frères d'érable (1988-1989), la Messe pour chœur mixte et orgue (1987-1992).