En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Mercure

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur canadien (Montréal 1927 – Avallon 1966).

Il fit ses études musicales au conservatoire du Québec et à Paris (avec Nadia Boulanger), puis fut bassoniste dans les orchestres de Montréal. Son œuvre, commencée sous le signe d'un éclectisme néoclassique, s'est orientée peu à peu vers les techniques nouvelles et une prospection intelligente de l'électronique. Prématurément disparu à la suite d'un accident d'automobile en France (il est mort dans une ambulance entre Avallon et Auxerre), il laissait alors différentes pièces symphoniques (Kaléidoscope, 1947-48, fantaisie symphonique, Triptyque, 1959, Divertimento, pour quatuor à cordes solo et orchestre à cordes), des compositions pour ensemble de chambre (Pantomime, 1948, pour 14 instruments à vent et percussion, Lucretia Borgia, pour trompette, clavecin et percussions, Emprise, pour clarinette, basson, violoncelle et piano) et des compositions pour bande ou sons électroniques (Incandescence, ballet, Structures métalliques, 1961, Répercussions). Une grande cantate radiophonique, Psaume pour abri, unit l'orchestre et les chœurs à des éléments de musique électronique.