En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Willem Mengelberg

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre hollandais (Utrecht 1871 – Sent, Engadine, 1951).

Il étudia à Utrecht avec R. Hol et M. W. Petri, puis au conservatoire de Cologne avec Wüllner, I. Seiss et G. Jensen.Il débuta en 1890 comme pianiste à Utrecht. Directeur de la musique à Lucerne de 1891 à 1895, il fut, de 1895 à 1945, chef de l'orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, qui acquit avec lui une renommée mondiale. À partir de 1897, il conduisit le chœur du Toonkunst Vereniging d'Amsterdam, notamment lors des exécutions annuelles de la Passion selon saint Matthieu. Avec l'orchestre du Concertgebouw et le chœur du Toonkunst, il fit des tournées en Italie, en Russie, en Norvège, en Angleterre et en France. De 1907 à 1920, il fut directeur de la Museumgesellschaft et, à partir de 1908, du Cäcilienverein de Francfort. Il fit de nombreuses tournées, notamment en Amérique, où il dirigea régulièrement la philharmonie de New York de 1921 à 1929. Entre 1911 et 1914, il se rendit à plusieurs reprises à Londres, où il conduisit le London Symphony Orchestra et la Royal Philharmonic Society. En 1934, il fut nommé professeur à l'université d'Utrecht. En 1945, à cause de sa conduite pendant la guerre, il dut se retirer en Suisse, où il resta jusqu'à sa mort.

Chef d'orchestre doté d'une forte personnalité, il possédait une compréhension profonde de chaque instrument, maîtrisait l'orchestre de manière superbe et obtenait de lui la perfection technique, la plénitude de la sonorité, la vigueur, l'impulsion vitale et la couleur, en même temps que la souplesse. Ses interprétations se caractérisaient par leur ardeur, leur éloquence, leur intensité expressive. Sa conception des œuvres était parfois discutable, il prenait quelquefois certaines libertés, mais l'originalité de son tempérament fascinait.

C'était un interprète privilégié de Mahler, dont il était l'ami, de Richard Strauss, qui lui dédia son Heldenleben (Une vie de héros), de Tchaïkovski et même de certains musiciens français comme Debussy. Il a dirigé à Amsterdam un festival consacré à Mahler en 1920, un festival de musique française en 1922, un festival Richard-Strauss en 1924 et des festivals de musique néerlandaise en 1902, 1912 et 1935.