En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Zubin Mehta

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre indien (Bombay 1936).

Renonçant à une première vocation de médecin, il se tourne vers la musique, initié par son père, Mehli Mehta, violoniste et fondateur de l'Orchestre symphonique de Bombay. En 1954, il étudie à l'Académie de musique de Vienne le piano, la contrebasse, la percussion et la direction d'orchestre (avec Hans Swarowsky). Il fait ses premiers pas de chef, en 1958, à la tête de l'orchestre de l'Académie. Lauréat, la même année, du concours de Liverpool, il est, pour un an, chef assistant du Royal Philharmonic Orchestra. Il parfait sa formation à l'Academia musicale Chigiana de Sienne, avec C. Zecchi et A. Galliera, et au Berkshire Music Center de Tanglewood, avec E. de Carvalho. En 1959, il dirige l'Orchestre philharmonique de Vienne. Amené à remplacer au pied levé I. Markevitch à la tête de l'Orchestre symphonique de Montréal, il en devient le directeur musical de 1960 à 1967, et succède en 1962 à Fritz Reiner à la tête de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles. Il participe à de nombreux festivals (Hollande, Prague, Vienne, Spolète, Salzbourg, Orange) et se produit sur les scènes du Metropolitan Opera de New York (1965), de la Scala de Milan (1966) et du Mai musical florentin (1969). Conseiller musical de l'Orchestre philarmonique d'Israël en 1968, il en devient directeur musical à vie en 1981 (il est le premier à avoir osé en 1981 diriger du Wagner en Israël), et succède en 1978 à Pierre Boulez à la tête de l'Orchestre philharmonique de New York. Déroutant par sa fringale musicale et l'éclectisme de ses choix, Mehta se montre plus convaincant en concert, où son goût d'une certaine volupté sonore trouve un juste emploi, surtout dans le répertoire postromantique, que dans les disques qu'il accumule.