En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mayuzumi Toshiro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur japonais (Yokohama 1929 – Kawasaki 1997).

Il a fait ses études à Tky, puis avec Tony Aubin à Paris (1951-52), où il se familiarisa aussi avec l'univers de Messiaen et de Boulez. De retour au Japon, il introduisit et utilisa dans ce pays les techniques de l'avant-garde occidentale : sérialisme, aléatoire, musique concrète (X, Y, Z, 1955), musique électronique (Shusaku I, 1955), instruments préparés (Pièces pour piano préparé et quatuor à cordes, 1957). Parallèlement, il s'intéressa de près aux musiques de son pays (à leurs sonorités, à leurs rythmes). Dans la Nirvana Symphony pour chœur d'hommes à 12 voix et orchestre (1958), il s'inspira de la sonorité des cloches de temples bouddhistes. La Mandala Symphony pour orchestre (1960) trouve ses racines dans la philosophie bouddhiste. Bugaku pour orchestre (1962) reprend les sonorités et les rythmes des anciennes danses de cour portant ce nom. Citons encore le poème symphonique Samsara (1962), Showa Tenp yoraku pour ensemble de gagaku (1970), et le poème symphonique Tateyama (1974).