En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicholas Maw

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur anglais (Grantham 1935).

Il a étudié avec Lennox Berkeley à la Royal Academy of Music (1955-1958) et en France avec Nadia Boulanger et Max Deutsch (1958-59), ayant obtenu le prix Lili-Boulanger pour Nocturne, pour mezzo-soprano et orchestre de chambre (1958 ; rév., 1973). Soumis à la fois aux influences sérielles et à celles de Britten et Bartók, il en tenta une synthèse dans Essay pour orgue (1961, rév., 1963), puis, surtout, dans Scenes and Arias, pour 3 voix de femmes et grand orchestre (1961-62, rév., 1966). Suivirent, notamment, 1 Sinfonia, pour petit orchestre (1966), 1 Sonate, pour cordes et 2 cors (1967), l'opéra bouffe en 2 actes One Man Show (1964 ; rév., 1966) et l'opéra en 3 actes The Rising of the Moon (1967-1970). Puis s'ouvrit une période plus expérimentale, avec, notamment, Life Studies I-VIII, pour 15 cordes solistes (1973-1976), Personae I-III, pour piano (1973), et Odyssey, pour grand orchestre (1973-1987, création intégrale en 1989). Citons encore : une Sérénade, pour petit orchestre (1973 ; rév., 1977), La Vita Nuova, pour soprano et ensemble de chambre (1979) et The Ruin, pour double chœur et cor soliste (1980).