En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Mauduit

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Paris 1557 – id. 1627).

Mersenne, qu'il aida dans la préparation de la partie musicale de ses ouvrages, nous a laissé sa biographie. Mauduit ne se consacra à la musique qu'après des études de lettres et de philosophie. Il fit de nombreux voyages, notamment en Italie. Sa formation initiale, son amitié pour Ronsard ­ il écrivit le Requiem chanté à ses obsèques en 1585 ­ le conduisirent à s'intéresser à la tentative d'union de la poésie et de la musique et à l'expérience d'une musique mesurée à l'antique proposée par l'Académie de poésie et de musique de Jean-Antoine de Baïf, dont, avec Claude Le Jeune, il devint le principal collaborateur à la mort de Thibaut de Courville en 1581.

Lors de cette continuation de l'Académie, il mit l'accent sur la recherche des différents moyens d'exécution et écrivit ses Chansonnettes mesurées sur les poésies de De Baïf, une des réussites du genre. Mais ce compositeur se double d'un animateur, dont les qualités d'organisation furent très vite appréciées dans les cérémonies de la semaine sainte du Petit-Saint-Antoine ou dans les fêtes musicales de Notre-Dame pour la Sainte-Cécile. Il joua, d'autre part, un rôle actif dans les ballets de cour sous Henri IV et Louis XIII, y dirigeant notamment des ensembles vocaux et instrumentaux importants. Il composa également des pièces instrumentales pour ces spectacles, par exemple, pour le Ballet de la délivrance de Renaud, auquel collabora aussi Pierre Guédron. On prête à Mauduit d'avoir introduit en France les premières compositions pour un ensemble de violes, et, peut-être, aussi le théorbe, sorte d'archiluth.

Si l'on croit Mersenne, Jacques Mauduit fut un compositeur fertile. Mais on ne conserve aujourd'hui que 1 fragment de messe de Requiem à 5 voix, 5 psaumes de De Baïf, 4 motets latins, 2 pièces religieuses sur des paroles françaises, les Chansonnettes mesurées (Le Roy et Ballard, 1586), 2 airs publiés dans le 5e Livre de G. Bataille (1614).