En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Louis Martinet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Sainte-Bazeille, Lot-et-Garonne, 1912).

Il fit ses études aux conservatoires de Bordeaux (1930-1934), puis de Paris, où il travailla avec Roger-Ducasse (composition), ainsi qu'avec Münch et Désormière (direction d'orchestre), et où il obtint un premier prix de composition en 1943. Il fut aussi l'élève de Ch. Kœchlin (contrepoint), et, en 1945, fut de ceux que René Leibowitz initia à la technique sérielle. Comme Boulez, il s'inspira de la poésie de Char, mais, contrairement à lui, il rechercha à la synthèse des diverses techniques d'écriture mises à sa disposition, se montrant notamment influencé par Bartók. On lui doit, entre autres, 7 Poèmes de René Char pour 4 voix solistes et orchestre (1951-52), le poème symphonique Orphée (1944-45), les fragments symphoniques Prométhée (1947), la symphonie dramatique le Triomphe de la mort (1967-1973), la cantate Sur le fleuve Tchou (1981-82), Passacaille pour orgue (1984). Il a enseigné de 1971 à 1976 la composition au conservatoire de Montréal.