En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André Marchal

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste français (Paris 1894 – Saint-Jean-de-Luz 1980).

Aveugle, il fut, au Conservatoire de Paris, l'élève de Gigout (orgue et improvisation, 1913) et de Caussade (contrepoint et fugue, 1917). Il fut successivement suppléant de Gigout à Saint-Augustin, titulaire à Saint-Germain-des-Prés (1915-1945) et à Saint-Eustache (1945-1963), tout en enseignant l'orgue et l'improvisation à l'Institution nationale des jeunes aveugles. Exécutant de grand talent, il a contribué au regain d'intérêt pour la musique d'orgue française, en renouant avec l'art d'une registration colorée et variée, comme l'aimaient et l'exigeaient les maîtres anciens, et qui avait été négligé à l'époque romantique. En cela, il a beaucoup influencé les organistes et les facteurs d'orgues vers un retour à l'esthétique classique. Son domaine d'élection fut l'improvisation, où se donnait libre cours une intense poésie intérieure. Son contemporain Marcel Dupré et lui ont représenté les deux pôles opposés et complémentaires de l'école d'orgue française, rigueur et sensibilité, austérité et liberté ; leur enseignement et leur exemple ont fécondé toute la jeune génération d'organistes français.