En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicola Antonio Manfroce

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur italien (Palmi Calabro 1791 – Naples 1813).

Ce musicien qui, comme Pergolèse et Arriaga, disparut à la fleur de l'âge, fut l'un des auteurs les plus originaux de la période prérossinienne. D'abord élève de Zingarelli, il se démarqua vite des modèles traditionnels de l'opera seria, prêtant une oreille attentive non seulement à la représentation de la Vestale de Spontini donnée à Naples en 1811, mais, d'une façon générale, à tous les courants nouveaux venus de France et d'Allemagne, surclassant Mayr sur son propre terrain. Plus que dans sa musique de chambre, ses œuvres sacrées et son opéra Alzira (Rome 1810), c'est dans Hecube, crée à Naples en 1812, que l'on trouve l'aboutissement d'une évolution dont Rossini allait aussitôt recueillir les fruits ; signalons notamment une ouverture d'une puissance exceptionnelle, une tendance aux structures ouvertes, l'usage exclusif du récitatif obligé où prédominent les vents, un orchestre enrichi de quatre cors et trois trombones, une maîtrise quasi mozartienne des effets vocaux, et, fait insolite, une longue conclusion orchestrale après la mort de l'héroïne.