En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Christa Ludwig

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Mezzo-soprano allemande (Berlin 1924).

Fille d'Anton Ludwig et d'Eugenie Besalla, tous deux membres du Volksoper de Vienne, elle travailla d'abord avec sa mère une voix qui manquait à la fois de volume et d'aigu, et n'aborda la scène qu'en 1946, à Francfort, dans le rôle du prince Orlovsky de la Chauve-Souris. Sa carrière se poursuivit sans grand éclat dans d'autres théâtres d'Allemagne jusqu'à la révélation que fut son interprétation de Chérubin au festival de Salzbourg en 1954. L'année suivante, elle triomphait dans un troisième rôle travesti, celui d'Octavian du Chevalier à la rose, à l'Opéra de Vienne, puis dans un quatrième, celui du Compositeur d'Ariane à Naxos. Elle chante aussi Dorabella de Cosi fan tutte, puis Eboli de Don Carlos sous la direction de Karajan, avant de débuter au Metropolitan Opera de New York en 1959 dans les Noces de Figaro et le Chevalier à la rose. Cependant, sa voix s'est développée vers l'aigu et, encouragée par Karajan, elle trouve son premier rôle de soprano dramatique en 1962 dans Leonore de Fidelio. D'autres allaient suivre, notamment la Maréchale du Chevalier à la rose, Marie de Wozzeck, la Teinturière de la Femme sans ombre, Kundry de Parsifal. Dans le répertoire wagnérien, elle a été aussi Vénus, Ortrude, Brangaene et Fricka, faisant apprécier dans les emplois les plus divers une voix chaude et très homogène, une parfaite musicalité et un remarquable talent d'actrice. En 1971, elle a créé le rôle de Claire Zachanossian dans l'opéra de Gottfried von Einem, la Visite de la vieille dame, à l'Opéra de Vienne. Toutefois, Christa Ludwig s'est, peu à peu, détachée du théâtre pour se consacrer au concert, cultivant le lied et, en particulier, Schubert. Elle a quitté la scène en 1993.