En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maurice Jaubert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Nice 1900 – Azerailles 1940).

De brillantes études de droit lui ouvrirent une carrière d'avocat, mais la vocation musicale l'emporta. En 1923, il entreprit de solides études d'harmonie et de contrepoint sous la direction d'Albert Groz. Il composa des mélodies et de la musique de chambre, mais l'avènement du cinéma parlant, en 1930, marqua le tournant décisif de sa carrière. Nommé directeur de la musique chez Pathé-Cinéma, il écrivit, à partir de 1931, une quarantaine de musiques de film, collaborant avec René Clair (Quatorze Juillet), Jean Vigo (l'Atalante), Marcel Carné (Drôle de drame, Quai des brumes), Julien Duvivier (Carnet de bal). Jaubert a également composé un ballet, le Jour (1931) et une Jeanne d'Arc (1937) sur des textes de Péguy. Parmi ses mélodies, la Chanson de Tessa (1934) pour la pièce de Giraudoux est un chef-d'œuvre de simplicité et d'émotion, et le recueil l'Eau vive (1938), sur des textes de Giono, est pénétré de l'esprit de la Haute-Provence. Mobilisé en 1939, Jaubert a été tué à la tête de sa compagnie à Azerailles, près de Baccarat, le 19 juin 1940.