En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Clément Janequin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Châtellerault v. 1485 – Paris 1558).

On ignore tout de la jeunesse et de la formation de cet ecclésiastique rarement inspiré par le culte divin. Peut-être fut-il attaché à la maîtrise de Notre-Dame de Châtellerault. Il passa une longue période de sa vie dans le Bordelais, fréquentant les cercles humanistes de Lancelot du Fau, vicaire général de l'archevêché (1505-1523), de Jean de Foix, archevêque de Bordeaux, et de l'avocat Bernard de Lahet. De modestes prébendes ­ il fut chanoine de Saint-Émilion (1525), curé de Saint-Michel de Rieufret (1526), curé de Saint-Jean de Mezos (1530), doyen de Garosse (1530) ­ ne pouvant compenser la perte des avantages dont l'avait privé la mort de son protecteur Jean de Foix (1529), il gagna l'Anjou (1533), où son frère résidait. Curé de Brossary à partir de 1526, il devint chapelain de la cathédrale d'Angers (1527) et fut nommé maître de la psalette (1534). Alors s'ouvrit pour lui la période la plus fructueuse sur le plan de la composition. Il publia cent vingt-cinq chansons, dont certaines sont des arrangements, et un recueil de motets (perdu). À Angers, où le protégeait François de Gondi, seigneur des Raffoux, il décida d'entreprendre, en 1548, à plus de soixante ans, des études universitaires qu'il poursuivit à Paris où il s'installa en 1549. Il gagna la protection du cardinal Jean de Lorraine, celle du duc François de Guise, dont il célébra les succès militaires (la Guerre de Renty, le Siège de Metz) et qui lui accorda le titre de chapelain. En 1555, son talent sembla enfin reconnu : il fut nommé chantre de la Chapelle du roi, puis, en 1558, compositeur ordinaire du roi. Reconnaissance bien tardive, puisqu'il mourut pendant l'hiver 1558 sans jamais avoir joui de l'aisance matérielle. Pourtant, en 1541, Janequin était déjà une valeur si sûre que l'imprimeur Gardane à Venise se servait de son nom comme appel de vente. Et la Guerre (v. 1528), plus tard baptisée Bataille de Marignan, connut une ample diffusion qui se prolongea jusqu'au début du xixe siècle.

L'œuvre religieuse de Janequin, certes, de dimension restreinte, est aujourd'hui fort amputée : tous ses motets, à une exception près, sont perdus ; les deux messes sont d'attribution douteuse ; trois parties manquent aux 82 Psaumes de David (1559), dédiés à la reine et bâtis sur des mélodies calvinistes. Ce fut d'ailleurs à la fin de sa vie qu'il privilégia une orientation spirituelle, négligeant, alors, quelque peu le genre dans lequel il était passé maître : la chanson profane, dont nous conservons environ 250 exemplaires publiés à partir de 1520. Dans ce cadre étroit, Janequin se sentit particulièrement à l'aise, collant étroitement au texte de forme libre pour le commenter. Spontanément, avec une joie débordante, il dit l'amour de la nature sous toutes ses formes : celle du Bel Aubépin verdissant (Ronsard), les plaisirs de la table (Quand je bois du vin clairet) ou les réalités charnelles (Au joli jeu du pousse avant, Un jour Robin, Petite Nymphe folastre), sans négliger la veine lyrique (Ô doux regard, l'Amour, la Mort et la Vie) et même courtoise, où se mêle parfois la pointe de préciosité chère à Mellin de Saint-Gelais. Si Janequin excelle dans les fresques descriptives, nullement les plus nombreuses (la Guerre, les Cris de Paris, le Caquet des femmes, le Chant des oiseaux), c'est qu'il sait admirablement faire de la chanson un théâtre en miniature. Il lui imprime une vie débordante en mettant l'accent, d'abord sur le rythme, et ensuite, seulement, sur l'invention mélodique. La déclamation y est syllabique, les phrases musicales y sont courtes, comme les imitations serrées qui passent d'une voix à l'autre, les mélismes généralement absents. Ce sont d'ailleurs les caractéristiques de la chanson parisienne dans son ensemble, au cours de la première moitié du xvie siècle. L'emploi des onomatopées témoigne d'une écoute attentive du quotidien et d'un sens ineffable du jeu rythmique (ainsi, dans l'Alouette à laquelle C. Le Jeune a ajouté une cinquième voix pour l'incorporer dans son Printemps). Pour la Guerre, Janequin a recherché les phonèmes propres à traduire le choc des armes. Quant à Ô doux regard, cette pièce montre la mobilité harmonique du discours de Janequin, son souci de la couleur dans un climat tout de raffinement et de sensibilité.