En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adalbert Gyrowetz ou Jirovec Vojcěch

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Budweis [Budejovice], 1763 – Vienne, 1850).

Il arriva vers 1785 à Vienne, où il fit la connaissance de Mozart et de Haydn, puis séjourna en Italie, à Paris (il y fut le témoin des événements d'octobre 1789 et y eut la surprise de voir une de ses symphonies imprimées sous le nom de Haydn) et à Londres (il y participa en 1791-92 aux mêmes concerts que Haydn). Il fut, de 1804 à 1831, compositeur et maître de chapelle du théâtre de la cour de Vienne, ville où, ayant survécu à son époque, il mourut dans la misère après avoir donné son dernier concert en 1844 et publié en 1848 une intéressante autobiographie (rééd. Leipzig, 1915). Ses premières œuvres sont surtout instrumentales (symphonies, quatuors), les dernières en grande majorité pour la scène : ballets, chœurs, opéras : Agnès Sorel (1806), Der Augenarzt (« l'Oculiste », 1811), Robert oder die Prüfung (« Robert ou la Mise à l'épreuve », 1815). L'Abschiedslied (« Chant d'adieu »), qu'on crut longtemps avoir été composé par Haydn lors de son premier départ pour Londres en 1790, est en réalité de lui.