En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Guillou

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste et compositeur français (Angers 1930).

Organiste titulaire à Saint-Serge d'Angers dès son adolescence, il vint parfaire ses études musicales au Conservatoire de Paris, dans les classes d'orgue et improvisation, d'harmonie, de contrepoint, de fugue et de composition. Il y eut notamment pour maîtres Marcel Dupré, Maurice Duruflé et Olivier Messiaen. Il est alors nommé professeur d'orgue et de composition à l'Instituto de alta cultura de Lisbonne (1955), tout en poursuivant une carrière internationale de concertiste. Il se fixe ensuite à Berlin (1960), pour se consacrer à la composition, avant de revenir en 1963 s'établir à Paris où il est cotitulaire, avec André Fleury, de l'orgue de Saint-Eustache. Virtuose prodigieux, interprète original, il est passé maître dans l'art de l'improvisation, par la rapidité avec laquelle il conçoit les constructions ou les développements, et la technique qu'il apporte à les exécuter instantanément. Cette maîtrise et sa curiosité pour les musiques de son temps se reflètent dans ses compositions pour orgue : Sinfonietta (1962), Fantaisie (1963), Toccata (1970). Il a également écrit de la musique instrumentale et de chambre, et des œuvres pour grande formation : le Jugement dernier, oratorio (1965), Judith symphonie, pour mezzo-soprano et grand orchestre (1971). Ses connaissances en facture d'orgues l'ont amené à dresser les plans de la reconstruction de l'orgue de Saint-Eustache, et à rédiger un livre sur l'esthétique de la facture d'orgue, l'Orgue, souvenir et avenir (1978).